This post is also available in: 简体中文 (Chinois simplifié) English (Anglais) Deutsch (Allemand) 日本語 (Japonais) Русский (Russe) Español (Espagnol)

Vous avez peut-être entendu le mythe selon lequel « les mineurs sont des intermédiaires financiers ».

Dans le contexte de la réglementation, cela signifie essentiellement « une entité qui peut gérer ou contrôler une transaction. »

Parce que l’entité peut contrôler une transaction, elle est tenue de respecter des réglementations spécifiques pour assurer une protection de base des consommateurs. Ces réglementations sont trop lourdes à gérer pour les individus et, par conséquent, si les mineurs étaient des intermédiaires financiers, cela signifierait que seules les grandes entreprises finiraient par posséder le réseau.

Dans les réseaux de crypto-monnaies, vous créez une transaction en signant l’action que vous voulez entreprendre avec votre clé privée et en la diffusant au réseau. Les mineurs traitent ensuite cette transaction.

Si un mineur peut voir le contenu de la transaction, il n’est pas en mesure de la modifier.

Beaucoup de gens pensent que les mineurs sont de grandes entreprises, et bien que certains le soient, beaucoup de mineurs sont des collectifs d’individus qui utilisent chacun le logiciel de minage.

Dans la réglementation relative aux « intermédiaires financiers », nous faisons une distinction importante entre les intermédiaires financiers et l’infrastructure utilisée pour y accéder. Le concept important ici est la racine du mot (en anglais) qui est « to mediate » ou « intervenir au milieu d’une action ».

Par exemple, si vous vous connectez à votre compte bancaire en ligne pour envoyer de l’argent à une autre personne, la banque agit en tant qu’intermédiaire financier. Elle a le droit d’intervenir sur la transaction. Elle peut la bloquer, la modifier, l’annuler, etc. Cependant, votre fournisseur d’accès à Internet, dont vous avez toujours besoin pour accéder à la banque en ligne, n’est pas un intermédiaire financier. Bien qu’il transmette toujours votre transaction bancaire sur Internet, la réglementation reconnaît qu’il n’a pas la capacité ou l’autorité d’agir en tant qu’intermédiaire sur la transaction.

C’est pourquoi les lois actuelles sur les transmetteurs de fonds, y compris la « Bitlicense » de New York, exemptent spécifiquement les fournisseurs de services Internet d’être considérés comme des « intermédiaires financiers ».

Les mineurs dans un écosystème blockchain sont à peu près les mêmes. Ils transmettent et traitent la transaction, mais ils n’ont pas la capacité d’agir en tant qu’intermédiaire. À moins que des milliers de mineurs indépendants dans le monde entier ne se mettent soudainement d’accord pour le faire, ce qui aurait un impact économique négatif pour eux.

En bref, ce mythe n’est tout simplement pas vrai.

Les mineurs ne sont pas des intermédiaires financiers et ne devraient pas être réglementés comme tels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.